25 mars 2015

Un instant de repos après une dure journée.

(Image cliquable)

La porte claqua à en faire trembler les murs puis les pas de son patron se firent de moins en moins audibles jusqu'à disparaître dans la nuit. Sephora soupira et se tourna vers son double qui l'observait à travers le miroir de sa table de maquillage. Celui-ci la regarda sans dire un mot mais la lassitude se dessinait sur ses traits. Encore une fois, Mr Loyal était venu se plaindre de la manie qu'elle avait d'adresser des regards espiègles aux spectateurs durant sa représentation de tissu aérien, au point que ces derniers manifestaient alors leurs enthousiasme et dérangeaient leurs voisins. A chaque fois qu'elle montait sur son tissu rouge, se contorsionnait et enchaînait les figures acrobatiques, tous les spectateurs installés dans les sièges avaient les yeux fixés sur Sephora et ne bougeaient plus. Ils étaient envoûtés par tant de grâce, tant de finesse et tant de beauté. Oui, Sephora était belle, suspendue à plusieurs mètres du sol, ne faisant qu'un avec son tissu et elle sentait le regard du public suivre le moindre de ses mouvements. Selon elle, c'était alors naturel de rendre la pareille aux spectateurs en lançant un sourire ou un petit signe de la main dans leur direction, pour montrer qu'elle ne les ignorait pas. Mais Mr Loyal n'aimait pas quand un de ses artistes, une fois sur scène, prenait une telle liberté et rompait l'immersion du spectateur. Il voulait avoir le contrôle sur tout et que chacun reste à sa place. Sephora avait alors eu plusieurs fois des sermons de la part de son patron au petit costume rouge et au chapeau haut de forme vertigineux mais elle avait fini par ne plus vraiment y prêter attention.

Chassant ces mauvais souvenirs de sa tête, elle tira d'un coffre long et étroit un porte-cigarette qu'elle avait acheté dans une broquante autour du chapiteau durant l'une des rares fois où elle avait le droit de s'éloigner du cirque. Puis elle ouvrit un tiroir de sa table de maquillage contenant un briquet à essence et un paquet Lucky Strike à peine entamé. La belle artiste de cirque disposa alors une cigarette au bout de son ustensile, porta l'extrémité opposée à ses lèvres noires puis alluma de son criquet le fin cylindre de tabac. Sephora inspira lentement, savoura les effets de la fumée puis laissa échapper un long filet brumeux qui dessina dans les airs des formes complexes. Elle ne fumait pas comme un pompier et n'était pas dépendante mais ces petites bouffées de vapeurs lui procurait du bien-être qu'elle appréciait à son rythme. Après quelques bouffées, elle éteignit sa cigarette dans son cendrier, la retira de son instrument, puis ranga le porte-cigarette dans son coffre ainsi que le briquet et le paquet dans leur tiroir. Demain, Sephora rendra visite à son amie la vieille diseuse de bonnes aventures pour bavarder un peu et surtout pour se moquer avec elle de Mr Loyal et de ses exigences autour d'une tasse de thé.

 

J'ai toujours trouvé classe une femme fumant avec un porte-cigarette et j'ai voulu voir ce que cela donnerait si Sephora en possédait un. Le résultat final est pas si mal que ça. L'action se passe ici dans les années 1920-1930 avec une ambiance très polar ou film noir, ce qui explique le choix des couleurs. Je ne pensais pas que faire de la fumée de cigarette puisse être aussi difficile à reproduire quand on en a jamais fait auparavant. Désolé de ne pas avoir posté plus tôt car je suis toujours sur mon mémoire de fin d'année. J'ai ici un petit moment de repos/répit mais je serais vite de retour dans le travail. Je profite alors de ce petit moment pour proposer un format un peu différent de ce que je poste ici. J'espère que cet petit moment de la vie de Sephora vous a permis de découvrir un fragment de sa vie.

Posté par Chopper25 à 23:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Un instant de repos après une dure journée.

    Très joli et classe tout ça !

    Posté par Zlovetch, 01 avril 2015 à 00:03
  • Merci ! ^_^
    J'avoue que je me suis inspiré de tes travaux et des histoires que tu écris avec une petite illustration pour habiller le texte. Dans le passé, j'imaginais la vie de Sephora lorsqu'elle était encore dans un cirque et j'ai trouvé une belle occasion de mettre cette période en lumière.

    Posté par Chopper, 01 avril 2015 à 00:33
Poster un commentaire